sante-publique-la-dengue-cette-tueuse-silencieuse-ignoree-par-les-populations-et-negligee-par-les-autorites-ivoiriennes

Santé publique : La Dengue, cette tueuse silencieuse ignorée par les populations et négligée par les autorités ivoiriennes

La seule campagne de sensibilisation contre la Dengue en côte d’ivoire

Une épidémie de Dengue avait été déclarée en Côte d’Ivoire, au mois de Mai 2022, par le chef de l’État Alassane Ouattara, au cours d’un Conseil national de sécurité.

Le communiqué qui a sanctionné cette rencontre a annoncé « douze (12) cas de Dengue dans le District Sanitaire de Cocody-Bingerville, avec un (01) cas de décès notifié ». A cet effet, le Ministre en charge de la Santé avait indiqué au Conseil national de sécurité, l’élaboration d’un plan de riposte multisectoriel en cours d’exécution.

“Ce plan vise, entre autres, à sensibiliser les populations sur les bonnes pratiques d’hygiène et d’assainissement, notamment l’élimination des gîtes larvaires dans les pneus usés. Il consiste également à réaliser le dépistage systématique des patients devant toute fièvre non palustre”, a souligné le communiqué.

Le constat, c’est que depuis cette annonce, aucune action sérieuse n’est engagée. Pas de campagne de sensibilisation des populations sur les bonnes pratiques d’hygiène et d’assainissement, notamment l’élimination des gîtes larvaires dans les pneus usés, aussi bien à Abidjan qu’à l’intérieur du pays afin de les informer sur cette maladie pourtant dangereuse. En dehors de quelques affiches collées négligemment dans des centres de santé et qui ne sont pratiquement pas consultées par les populations. Quand l’on sait qu’en Côte d’Ivoire, une épidémie survenue en 2019 avait déjà provoqué la mort de deux personnes, et fait 130 contaminés.

 

A lire aussi: Préinscription dans les universités publiques : La date limite prorogée

 

« Les autorités sanitaires ivoiriennes négligent cette maladie alors qu’elle tue aujourd’hui même plus que la Covid 19. Je ne sais pas pourquoi aucune disposition n’est prise pour protéger les populations », s’interroge un médecin que nous avons rencontré dans un centre de santé d’Abidjan. Cela donne l’impression, selon un autre professionnel de la santé qu’il n’y pas « à manger et à boire » dans cette histoire. Cela, au vu de la grosse artillerie mise en place pour sensibiliser sur des maladies telles que le SIDA ou le paludisme.

Qu’est-ce que la dengue ?

La dengue ou « grippe tropicale » est l’arbovirose (virus transmis par des moustiques ou des tiques comme la fièvre jaune ou le paludisme, etc…) la plus répandue dans le monde. C’est une maladie due à un virus transmis par la piqûre d’un moustique du genre Aedes, qui est le plus souvent bénigne. Toutefois, elle peut présenter des formes graves, on parle alors de dengue hémorragique, de dengue sévère ou de dengue avec choc.

La transmission du virus s’effectue uniquement par la piqûre du moustique vecteur du genre Aedes. Ce sont des moustiques qui piquent essentiellement le jour. Pour transmettre la maladie, le moustique doit être porteur du virus de la dengue. Le développement du virus chez le moustique dure en moyenne 10 jours. Il comporte une multiplication virale dans son abdomen puis le virus gagne ses glandes salivaires. Lors d’une piqûre ultérieure, il pourra transmettre à son tour le virus à une personne saine. On considère qu’un moustique reste infectant toute sa vie.

Les personnes atteintes de la dengue ne sont donc contagieuses ni par contact, ni par le biais des postillons. Néanmoins, la transmission artificielle par la transfusion sanguine et la greffe apparaissent théoriquement possibles.

Selon l’organisation mondiale de la santé (OMS), la Dengue est l’arbovirose la plus répandue dans le monde. Elle estime qu’environ 100 millions de personnes sont touchées par cette maladie dans le monde chaque année et les deux-cinquièmes de la population mondiale sont exposés à ce risque. La maladie est maintenant endémique dans plus de cent pays d’Afrique, dont la Côte d’Ivoire.

Les autorités ivoiriennes doivent donc prendre des dispositions sérieuses pour protéger les populations qui sont exposées à cette épidémie.

Solange ARALAMON

 

 

Leave a Comment

Your email address will not be published.