Aliments

Alzheimer : voici les aliments à éviter de toute urgence pour éviter d’accentuer la maladie !

Vous voulez savoir quels sont les aliments qui limitent les risques de l’Alzheimer ? Mais d’abord, sachez une chose : la maladie d’Alzheimer a été découverte pour la première fois dans les années 1900. Elle tient son nom du psychiatre et neurologue allemand Aloïs Alzheimer. Pendant 6 ans, ce dernier a examiné le cerveau de sa patiente, une certaine Augusta Deter. Ses analyses ont notamment dévoilé les symptômes qui caractérisent cette pathologie neurodégénérative.

Et selon une étude de l’ADI (Alzheimer’s Disease International), 60 à 70 % des cas de démence dans le monde sont causés par la maladie d’Alzheimer. Malgré les avancées de la médecine, à l’heure actuelle, nul n’a réussi à la vaincre. Cependant, des spécialistes chinois ont récemment dévoilé que faire quelques tris dans son frigo peut diminuer les risques de démence. Quels sont donc les aliments à bannir et à consommer ?

Évitez les aliments ultra-transformés !

Il est de notoriété publique que pour avoir la santé, bien s’alimenter est très important. Par conséquent, si vous êtes un adepte des aliments transformés et des fast-foods, considérés comme les temples de la malbouffe, il est peut-être grand temps de changer vos habitudes. Bien évidemment, croquer un burger et des frites bien gras nous procure de l’orgasme culinaire. Cela dit, il faut savoir que ces nourritures peuvent augmenter les risques des maladies mentales, dont l’Alzheimer.

Notons que de nombreuses recherches ont d’ores et déjà été faites là-dessus. Parmi elles s’ajoutent l’étude menée par les spécialistes de l’Université médicale de Tianjin en Chine. Ils ont analysé 72.083 participants, tous âgés de 55 ou plus et ne présentaient aucun symptôme de démence. Pour ce faire, les spécialités ont notamment récolté leurs dossiers médicaux et leurs habitudes alimentaires. Ceux qui consommaient des aliments ultra-transformés présentaient plus de risques de démence.

Il faut savoir que ces produits en question sont pauvres en fibres, mais riches en sel, en sucre, en mauvaises graisses et en additif alimentaire. Comme exemples, nous pouvons citer les biscuits apéritifs, les chips, les Sodas, les barres chocolatées. Sans oublier les pains et brioches industriels, les charcuteries contenant des nitrites, les Crèmes glacées et tant d’autres encore. Comment donc y remédier ?

Mettez des aliments bruts dans vos assiettes !

Selon l’analyse des experts chinois, réduire de 10% la consommation d’aliments ultra-transformés peut réduire de 19 % les risques de démence. Dans la revue scientifique Neurology, les spécialistes ont notamment conclu :

« Une consommation plus élevée de produits ultra-transformés était associée à un risque plus élevé de démence, tandis que le remplacement des produits ultra-transformés par des aliments non transformés ou peu transformés était associé à un risque plus faible de démence.»

Ainsi, dans vos assiettes, privilégiez dorénavant les plats à base de produits bruts. D’ailleurs, à ce sujet, vous avez l’embarras du choix entre les fruits, les légumes, les viandes, les volailles, les crustacés, les poissons frais et surgelés. Mais aussi les noix et les graines non aromatisées, les œufs, les pattes. Outre le fait de limiter les risques de démences, il faut noter que les produits alimentaires bruts ont d’autres avantages sur la santé.

À de rares occasions, ils contiennent beaucoup plus de nutriments qu’ils peuvent contenir. Effectivement, plus le produit est transformé, moins il contient de la nourriture pour nôtre santé. Aussi, cuisiner des produits bruts est sans doute la meilleure façon de contrôler ce que nous ingurgitons dans notre corps. Pour vous aider durant vos prochaines courses, sachez que les produits ultra-transformés sont classés C, D ou E au Nutri-Score.

Que faut-il savoir sur la maladie ?

Comme nous l’avons dit au début de cet article, à l’heure actuelle, il n’existe toujours pas de soins médicaux pour guérir de l’Alzheimer. À noter que selon l’OMS, dans le monde, 50 millions de personnes en sont atteintes.

Source : Pexels

Dans l’hexagone, en 2015, ce nombre s’élevait à 900.000 et chaque année, on recense plus de 200.000 nouveaux cas. Même si régulièrement, elle frappe les personnes âgées, il arrive que l’Alzheimer se manifeste très tôt. Toujours en France, les malades âgés de moins de 60 ans comptent environ 33.000 et la plupart sont des femmes (6O %).

Pour ce qui est des symptômes, le plus courant est la perte de mémoire. Les malades ont tendance à oublier des événements importants comme leur anniversaire. Avec le temps, la perte de mémoire s’intensifie. Les peuvent notamment se perdre dans des endroits qui leurs sont familiers. Pire encore, ils peuvent aussi oublier le visage et le prénom des gens qu’il côtoie. Et arrive un moment où ils perdent toute autonomie et ont par conséquent besoin d’assistance en permanence. Cependant, bien qu’il complique la vie des malades, il faut noter que l’Alzheimer n’est pas une cause directe de la mort.

Leave a Comment

Your email address will not be published.