Covid-19 : tout savoir sur la quatrième dose de vaccin 

Covid-19 : tout savoir sur la quatrième dose de vaccin 

8 000 cas de Covid-19 en juillet. Le pays enregistre environ 400 nouvelles contaminations tous les jours. Depuis la semaine dernière, les 12 centres de vaccination à travers l’île, proposent les vaccins Pfizer et Moderna comme seconde dose de rappel. Pour en parler, Priscilla Sadien a reçu comme invitée, dans l’émission thématique Explik ou Ka, le Dr Kursheed Meethoo-Badulla, Regional Public Health Superintendent. 

200 000 C’est le nombre de doses de Pfizer expirées dont dispose le pays. Si la date de péremption est arrivée à terme fin juillet, le ministre de la Santé, le Dr Kailesh Jagutpal, a annoncé que la date d’utilisation sera prolongée, soit jusqu’à septembre. Cela, après que le fabricant a obtenu l’aval de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

Le Dr Badulla explique que plusieurs autorités internationales, comme la Food and Drug Administration, avancent que « la date d’utilisation peut être étendue, comme le recommandent ces autorités, sous des conditions bien strictes. Par exemple, la chaîne du froid ne doit être interrompue à aucun moment. À Maurice, comme dans d’autres pays, un ‘monitoring’ strict et régulier est fait pour s’assurer que cette condition est respectée. Au cas contraire, le vaccin n’est plus valide. Il ne pourra pas être utilisé. »

Des documents officiels sont disponibles en ligne, assure la spécialiste de la santé. « La FDA est l’autorité régulatrice basée en Amérique qui donne les licences pour les médicaments et autorise leur utilisation. C’est une autorité qui se base sur des données et des recherches scientifiques avant de faire des recommandations ». 

Elle précise que, selon la même autorité, deux mois d’extension peuvent être accordés pour l’utilisation du vaccin Moderna. « Cela va de même pour certains autres médicaments tels que des comprimés et sirops. Les conditions de stockage doivent être les mêmes cependant ». 

Quelle efficacité ?

Le Dr Badulla tient aussi à expliquer la différence entre les termes ‘Expired’ et ‘Best before’. « ‘Expired’ veut dire que nous ne pouvons plus l’utiliser et ‘Best before’ signifie que le résultat est meilleur avant la date mentionnée. Dans le cas des doses de Pfizer, c’est le terme ‘Best Before’ qui est mentionné. »

Notre interlocutrice soutient que « l’efficacité n’est pas inferieure. Les chercheurs ont étendu la date de ‘Best before’, car selon leurs recherches, le vaccin est toujours aussi efficace et ce serait du gaspillage que de le jeter. En deux mois, l’efficacité ne changera pas, tant que la chaîne du froid est respectée ». 

Elle assure que ce sont les vaccins les plus efficaces, notamment Moderna et Pfizer, sont utilisés à Maurice. « Il y a une demande cependant pour le Sinopharm, pour les besoins de voyage, par exemple, en Chine où ce vaccin est exigé ».

La 4ème dose est-elle nécessaire pour tout le monde?

Selon le Dr Badulla, la 4ème dose est nécessaire. « Dans le monde entier, le nombre de cas positifs à la Covid-19 est en hausse. Cela est dû au nombre de variants, surtout à l’Omicron. Cela s’explique aussi par l’allègement des restrictions sanitaires. Les gens prennent moins de précautions, ne portent pas de masques. Les rassemblements sont autorisés. La transmission se fait ainsi plus vite et il y aura plus de cas. Cependant, les autorités ne veulent pas qu’il y ait plus de complications, donc plus de morts. C’est pour cela que nous recommandons la seconde dose de rappel ». 

Le Dr Badulla explique que cette dose est nécessaire pour rebooster le système immunitaire. « Les gens ne le sauront pas si leur système immunitaire s’est à nouveau affaibli et s’ils sont plus à risque d’avoir des complications après avoir contracté le virus.  ‘Pa tou dimounn ki kone ki maladi zot ena. Parfwa apre bann konplikasion ki dimounn al dekouver ki li ti ena tel malad ».

Les sous-variants sont plus transmissibles

De nouveaux variants (Omicron) et sous-variants (BA4 ou BA5) ne cessent de faire leur apparition. Le dernier en date est BE1. Le Dr Badulla explique : « Les variants changent pour s’adapter à leur environnement. Les sous-variants sont des enfants qui partagent des similitudes. Souvent, ils ne sont pas plus dangereux, mais plus transmissibles. » 

Selon elle, à Maurice, c’est le variant BA5 qui est en ce moment le plus prévalent, comme dans plusieurs autres pays du monde. « Il y avait une inquiétude au sujet de ces variants et de l’efficacité du vaccin. Cependant, le réel problème est que l’immunité de la population n’est plus élevée ». Elle ajoute : « Les vaccins produisent des anticorps et ces derniers vont baisser avec le temps. Les risques de complications, surtout si la personne a des comorbidités, sont donc plus élevés ». 

Des précisions du Dr Sudhir Kowlessur  

Au moment de l’émission, seules 13 000 personnes avaient fait la deuxième dose de rappel. Selon le Dr Kowlessur, responsable de la campagne de vaccination du ministère, l’exercice de sensibilisation pour se faire injecter continue. « Nous avons administré aux personnes les plus à risques et à partir de la semaine prochaine, les autres membres du public pourront se faire inoculer ». 647 293 personnes ont reçu la première booster dose à Maurice, mais seules 13 041 (au 4 août avait fait la 4eme dose).

Une seconde dose de Pfizer protège à 96%

« Vaksin pa anpes gayn Covid »,avance la doctoresse. « Une personne qui est totalement vaccinée et qui a reçu les ‘booster doses’, peut quand même être contaminée par le virus. Cependant, les risques de complications et de décès sont moindres. Une seconde dose de Pfizer protège les vaccinés à 96%, d’abord contre les complications, puis, contre les décès ».

Évolution de la Covid-19 à Maurice 

39706 cas positifs à la Covid-19 ont été enregistrés à Maurice depuis le début de l’épidémie en 2021. 

Après une accalmie, une augmentation des cas a été notée début juillet. En moyenne, 400 cas ont été enregistrés par jour le mois dernier. Selon la doctoresse, cela est dû à l’allégement des restrictions. « Trois à quatre jours plus tard, nous avons vu que les cas ont considérablement augmenté ».

Selon elle, ces derniers jours, il y a quand même un ralentissement des cas. « Cela ne veut pas dire qu’il y a moins de cas. C’est simplement parce que plusieurs personnes sont asymptomatiques ».

La réinfection 

Chaque pays a sa propre définition de la réinfection. « Dans certains pays, il faut que la personne ait fait quatre tests négatifs pour être réinfectée. Le facteur de temps varie aussi. En moyenne, une personne peut être réinfectée après 24 heures, selon les données scientifiques. Il faudrait pouvoir démontrer que la personne a été guérie la première fois ». 

À Maurice, plusieurs personnes ont eu la Covid deux fois ». Elle avance qu’il est difficile de se prononcer sur le nombre de personnes concernées, car les paramètres de la réinfection n’ont pas été définies à Maurice. « Ena dimounn dir zot inn gayn Covid set fwa. Selma eski nou kone apre komie tan zot inn fer zot test pou kapav sir ki se enn reinfeksion ».

Les comorbidités 

En premier lieu, les personnes qui souffrent d’une comorbidité doivent se faire vacciner. « Il faut comprendre que ce ne sont pas les variants qui causent les décès, mais la maladie dont souffre la personne. Peu importe le variant, le traitement est le même ».  Selon la doctoresse, le variant Omicron, qui circule le plus à Maurice en ce moment, est le plus transmissible. « Le variant Delta n’est plus présent à Maurice. Mais le variant Omicron et ses sous variants restent d’actualité ». Elle affirme que le vaccin aide à se protéger contre ces sous variants. 

Le mix vaccinal  

Le mix vaccinal a été l’objet de plusieurs recherches scientifiques et est en aucun cas dangereux, assure la doctoresse. « Le ministère n’agit qu’après avoir eu les recommandations des autorités internationales ». Il n’y a aucun risque associé au mix vaccinal. « Certaines études avancent que cela est beaucoup plus efficace contre les divers variants que de faire le même vaccin ». 

covid

Effets secondaires des vaccins  

150 cas rapportés

150 cas ont été rapportés au ministère de la Santé. « Un comité a été mis sur pied pour analyser toutes les doléances et se pencher sur les effets secondaires. Un seul concernait une grosse complication liée au vaccin Astrazeneca. Dans les autres cas, il y avait une possibilité que ce soit lié au vaccin. Une enquête est menée pour en savoir plus ». Le médecin précise que « les vaccins les plus concernés sont Astrazeneca et Covaxin ». 

Elle encourage toute personne qui aurait eu ou a des effets secondaires susceptibles de provenir des vaccins de rapporter le cas. « Elle peut en parler à un médecin et ce dernier jugera si cela vaut la peine de le rapporter au ministère de la Santé. Certaines personnes disent que ça gratte, cela n’est pas vraiment un effet secondaire. Les médecins du privé et du public pourront mieux savoir si c’est un cas qu’il faut rapporter ou pas ». 

Quelques infos pratiques

  • Pour être éligible à la seconde dose de rappel, il faut avoir reçu la 3eme dose depuis au moins quatre mois. 
  • Les moins de 40 ans recevront le vaccin Moderna et les plus de 40 ans Pfizer.
  • Il y a 12 centres de vaccination à travers l’île, soit au moins un dans chaque district. 
  • À savoir que ceux qui ne sont pas vaccinés, peuvent toujours le faire. Les vaccins Moderna et Pfizer sont disponibles. 
  • La 4ème dose est recommandée, mais n’est pas obligatoire. 
  • Les risques d’hospitalisation sont réduits ainsi que les risques de formes sévères de la Covid-19 avec la booster dose.
  • Des unités mobiles vont à la rencontre des personnes âgées pour les sensibiliser sur l’importance de la 4eme dose. 
  • Concernant les personnes alitées, le ministère de la Santé et celui de la Sécurité sociale travaillent de concert pour envoyer des équipes à domicile. 
  • L’ordre alphabétique n’est pas d’actualité. Pour tous les vaccins, vous pouvez vous rendre directement au centre de vaccination le plus proche de chez vous.

Leave a Comment

Your email address will not be published.