Corentin commence le sport il y a sept ans "pour se tenir en forme", il est aujourd'hui un champion de culturisme: "Il y a une notion de mérite" (vidéo)

Corentin commence le sport il y a sept ans “pour se tenir en forme”, il est aujourd’hui un champion de culturisme: “Il y a une notion de mérite” (vidéo)

Il y a sept ans, Corentin prend une décision qui va changer sa vie : commencer la musculation. Âgé de 18 ans à l’époque, cet habitant de Dhuy, près de Namur, s’inscrit dans une petite salle non loin de chez lui, à Leuze, “pour se maintenir en forme” après avoir arrêté le football.

Sans aucune prétention de base, le jeune homme va “prendre goût” à la musculation et va rencontrer “des gens super” qu’il côtoie à la salle. Ces rencontres vont lui donner envie de mieux se renseigner et de se donner de plus en plus dans son sport. “Au début, on n’a pas trop de notions des entraînements et de la nutrition qui est super importante dans le culturisme”, explique Corentin.

Ce qui ne devait être qu’un passe-temps va vite devenir une véritable passion.

Au fil des années, Corentin va sculpter le corps de ses rêves jusqu’à vouloir franchir l’étape de participer à des concours. “J’ai voulu me lancer pour avoir une première expérience”, confie-t-il. Malheureusement, son objectif a tourné court avec l’arrivée de la pandémie de covid. “J’ai été stoppé en pleine préparation par l’épidémie.”

Ce n’était que partie remise pour le Namurois qui, une fois “sûr que tout reprenait pour de bon”, va se relancer dans la préparation de sa première compétition.

C’est alors un véritable combat contre lui-même qui s’engage. Pendant plusieurs mois, Corentin va tenir un programme ultra strict dans le but ultime de tout culturiste : faire baisser son taux de graisse au maximum.

foto-80

À partir du mois de décembre, le sportif de 25 ans ne fera pas un seul écart à son programme. Sept repas par jour, “un toutes les trois heures” et des portions qui sont calculées au gramme près. “Chaque jour, je mange exactement la même chose”, décrit-il. Chacun de ses sept repas est évidemment très riche en protéines et autres glucides. Une rigueur de Spartiate qu’il s’impose afin d’être le plus ‘fit’ possible le jour J.

Un choix de vie qui amène parfois quelques situations insolites, comme il nous le raconte : “On devait fêter nos 10 ans avec ma copine. On avait réservé pour un séjour à Bruges, sauf que j’étais en période de préparation. J’ai dû préparer tous mes tupperwares à l’avance et partir avec. Nos hôtes avaient préparé un copieux petit déjeuner, mais j’ai dû leur expliquer que je ne pouvais pas y toucher. J’ai regardé ma copine manger.”

Pendant la préparation, on ne fait aucun écart. Même prendre une fourchette dans l’assiette de l’autre, pour goûter, c’est exclu”, ajoute Corentin. Une pratique qui peut paraître excessive pour le commun des mortels, mais qui, pour ces athlètes qui atteignent un haut niveau de performance, “fait une différence”.

Corentin_Malaise01-3

En période normale, je peux me permettre plus d’écarts. J’en fais un toutes les semaines ou toutes les deux semaines”, reconnaît-il. Curieusement, malgré toutes les restrictions qu’il s’impose, Corentin affirme qu’il “aime bien manger”. “Quand je fais un écart, je préfère aller manger un bon steak dans un restaurant qu’aller dans un fast food.”

Il y a une grosse notion de mérite dans le culturisme. En étant rigoureux, en faisant des efforts, en ne ratant pas d’entraînement, c’est le seul moyen d’arriver à des résultats“, explique l’homme de 25 ans qui dit “s’être retrouvé dans ces valeurs“.

La compétition

Le 28 mai 2022, c’est le grand jour pour Corentin qui se présente au championnat de Belgique. Le résultat est plus que positif : une médaille d’or dans la catégorie espoir et une deuxième place toutes catégories confondues.

Cette performance va l’amener à représenter notre pays aux championnats d’Europe qui se tenaient le 3 juillet, en France. Une fois encore, le résident de Dhuy va faire sensation : une médaille d’argent en catégorie Novices et une médaille de bronze en catégorie Open (sans distinction d’âge, de taille ni de poids).

foto-148

foto-149

Avec des résultats aussi positifs, il serait facile de penser que Corentin va tenter de poursuivre cette belle série en enchaînant les concours. Mais non. Une fois encore, ce chargé de communication de profession se démarque.

“J’ai commencé la compétition pour avoir cette expérience de la scène, mais je ne prévois pas de participer à d’autres concours pour le moment. Mon objectif, d’ici un an, est de prendre trois à quatre kilos de muscles et après, on verra.”

Au niveau compétitif, vu l’implication que ça demande, c’est toujours possible pour le moment. Mais dans le futur, ça me semble compliqué quand d’autres éléments arriveront, comme un enfant”, ajoute-t-il en rappelant que sa passion est un hobby avant tout, pas un métier. “On ne gagne pas sa vie avec ça”.

1F2CDB42-0E79-4E47-9D0B-A418A48728DF

En attendant, Corentin continuera d’aller à sa salle de sport avec sa compagne. La présence de celle qu’il aime à ses côtés pendant ses entraînements compte beaucoup pour lui. “C’est important qu’elle vienne voir comment ça se passe et qu’elle comprenne parce que mon mode de vie l’impacte aussi. J’ai énormément de chance qu’elle comprenne et accepte ma démarche”, confie le culturiste. 

Leave a Comment

Your email address will not be published.