les "produits chimiques éternels" des emballages alimentaires et ustensiles de cuisine multiplie les risques

les “produits chimiques éternels” des emballages alimentaires et ustensiles de cuisine multiplie les risques

L’ESSENTIEL

  • Le PFOA et le PFOS ont été détectés dans 100 % des 744 adultes et 249 enfants testés par l’Anses en 2019.
  • Ces produits chimiques aux propriétés antiadhésives, résistantes aux fortes chaleurs et imperméabilisantes sont utilisés dans l’industrie et les produits de consommation depuis les années 1940

Poêle en Téflon, vêtements imperméables, produits de nettoyage et même les shampoings… La prudence doit être de mise lors de l’achat de ces produits de consommation.

Un risque de 4,5 fois plus élevé

En effet, ils peuvent contenir du sulfate de perfluooctane, souvent appelé PFOS et du polyfluoroalkyle, appelé PFAS, que les experts appellent “produits chimiques éternels” car ils se décomposent très lentement et s’accumulent dans l’environnement et les tissus humains, y compris le foie.

Et ce n’est pas sans conséquences : une étude publiée dans JHEP Reports montre que ces produits augmentent le risque de carcinome hépatocellulaire non viral, un cancer du foie courant. Les chercheurs de la Keck School of Medicine of the University of Southern California révèlent ainsi que les personnes les plus exposées avaient un risque jusqu’à 4,5 fois plus élevé d’être diagnostiquées avec la maladie par rapport à celles qui l’étaient le moins.

Accumulation de graisses dans le foie

Pour mener leurs travaux, l’équipe de scientifiques a pu évaluer des échantillons de sang et de tissus humains recueillis chez 50 participants qui ont fini par développer un cancer du foie, prélevés avant leur diagnostic, avant de les comparer à 50 autres personnes qui n’ont pas développé de cancer dans le cadre de la même étude.

Il apparaît ainsi que ces produits chimiques perturbent la fonction hépatique en altérant le processus normal du métabolisme du glucose, du métabolisme des acides biliaires et du métabolisme d’un type d’acide aminé appelé acide aminé à chaîne ramifiée dans le foie.

Cette perturbation peut entraîner une accumulation de graisses dans le foie, une affection connue sous le nom de stéatose hépatique non alcoolique (NAFLD).

Or ces dernières années, on a constaté une augmentation spectaculaire et inexpliquée de la NAFLD dans le monde, ce qui est inquiétant car les personnes atteintes de NAFLD ont un risque beaucoup plus élevé de développer un cancer du foie. “Le cancer du foie est l’un des effets les plus graves de la maladie du foie et il s’agit de la première étude chez l’homme à montrer que les PFAS sont associés à cette maladie“, a déclaré le Dr Jesse Goodrich, chercheur postdoctoral à l’Université de Californie du Sud.

Mesures drastiques

Certains fabricants ont progressivement abandonné l’utilisation de l’PFAS et du PFOS, mais comme ils ont une longue durée de vie, les SPFO sont présents dans l’eau potable, dans de nombreux produits alimentaires et dans le sang.

Des mesures drastiques sont prises pour faire face à ce risque: la Protection Agency (EPA) aux États-Unis a publié en juin dernier un avis réduisant les niveaux acceptables de produits chimiques dans les articles de consommation courante.

En Europe, la Commission européenne a présenté le 25 avril 2022 son nouveau plan d’action visant à éliminer, d’ici à 2030, les substances chimiques les plus dangereuses pour la santé et l’environnement des produits de grande consommation, incluant les PFAS.






















Leave a Comment

Your email address will not be published.