WRC: Ott Tanak va-t-il quitter Hyundai pour retourner chez Ford?

WRC: Ott Tanak va-t-il quitter Hyundai pour retourner chez Ford?

Avouons le de suite: tout ce qui va suivre n’est que pure spéculation, un mélange de quelques constatations, un peu de déduction et un zeste d’intuition.

Sur base de ce qu’il nous avait été communiqué voici un an environ, Ott Tanak avait prolongé son premier bail de deux ans avec Hyundai pour “plusieurs années”. Cela signifie donc au-delà de 2022, au moins encore pour 2023. Mais tout le monde sait qu’il y a des clauses dans les contrats, notamment de résultats, et qu’il est difficile d’obliger à rouler pour vous un pilote qui ne se sent plus bien et n’a plus envie de défendre vos intérêts. Demandez à Alpine F1 ce qu’ils en pensent…

Même s’il a décroché au forceps un deuxième succès en Finlande, on a l’impression qu’Ott Tanak n’est plus heureux chez Hyundai. S’il l’a été un jour, l’Estonien n’étant pas d’un naturel très expressif. Plutôt froid même. Au point que vous réfléchissez généralement deux fois avant de lui poser une question de peur qu’il vous foudroie du regard et vous retourne comme une carpette.

Mais en Finlande, avant de s’imposer pour la troisième fois, le champion 2019 n’a pas épargné son équipe et surtout sa monture: “N’allez pas croire que ma Hyundai va devenir performante en une nuit” “Je dois me battre contre ma monture. Elle vit sa vie.” “Les conditions sont constantes, mais il y a quelque chose qui les rend inconstantes.” ou le pire: “Cette chose est un véritable cauchemar à piloter.”

Comment un employé de la marque payé plusieurs millions à l’année peut-il critiquer ainsi aussi ouvertement et publiquement son entreprise? D’autant quand il est en tête d’une des épreuves les plus dures de la saison. Cela nous a vraiment fait penser soit qu’il sait qu’il va partir fin de l’année, soit qu’il veut se faire virer pour ne pas à avoir à payer un éventuel dédit pour rupture de contrat.

D’un autre côté, tout le monde s’accorde pour dire que ce qu’il manque le plus à Ford, c’est un top pilote. Craig Breen et Adrien Fourmaux ne cessent de décevoir et de commettre des fautes. Pierre-Louis Loubet et Gus Greensmith ne sont pas des champions du monde potentiels. Et le pigiste occasionnel Sébastien Loeb manque de rythme et ne parviendra pas à répéter à chaque fois son exploit du Monte-Carlo. Malcolm Wilson doit donc trouver une solution pour que ses Puma remontent régulièrement sur les podiums. Car Ford n’est pas revenu pour faire de la figuration.

Parti chez Toyota fin 2017 car il ne voulait plus être le porteur d’eau de Sébastien Ogier, Ott garde de très bons souvenirs de sa période Ford. Après avoir décroché le titre mondial en 2019, il est parti chez Hyundai pour gagner deux à trois fois plus… d’argent. Et deux à trois fois moins de rallyes. Mais après trois ans, c’est bon. Il n’y a plus une personnalité comme Andrea Adamo (celui qui l’avait convaincu de venir) pour le supplier de rester et le convaincre que tout va aller mieux. Il serait donc prêt à gagner un peu moins de sous pour gagner un peu plus de courses. Et plus de locations ou de ventes à des privés devraient permettre à M-Sport de dégager un peu plus de bénéfices éventuellement pour payer le salaire d’un Ott Tanak.

Voir Ott solder tout son merchandising badgé Hyundai à moins 20% après sa victoire dimanche dernier ne fait qu’accroître notre conviction que l’actuel second du championnat, lassé des soucis à répétition et du manque de performance de Hyundai, pourrait être en partance pour rejoindre son ancienne équipe. Et relever le défi réussi en 2017 et 2018 par son ami Seb Ogier. Ce qui placerait, il faut bien avouer, Hyundai dans une position encore plus délicate même si l’on pourrait se dire qu’ainsi que chacun des trois meilleurs rallymen actuels serait dans une équipe différente avec Kalle Rovanpera chez Toyota, Thierry Neuville chez Hyundai et Ott Tanak chez Ford.

Alors délire de journaliste, vue de l’esprit ou bonne intuition? Réponse dans les mois à venir…

Leave a Comment

Your email address will not be published.