les nuits trop chaudes augmentent les risques de décès

les nuits trop chaudes augmentent les risques de décès

La France enchaîne les canicules en cet été 2022 et les prévisions à long terme concernant la hausse des températures semblent assez sombres. Les jours et les nuits seront plus chaudes : les calculs des scientifiques montrent que l’intensité moyenne des événements nocturnes chauds doublera presque d’ici 2090, passant de 20,4°C à 39,7°C dans 28 villes de l’est de l’Asie. L’Europe ne sera pas non plus épargnée. Déjà en 2050, les climatologues prévoient un climat à Paris proche de celui d’Istanbul aujourd’hui.

Les conséquences de ce changement climatique promettent d’être dramatiques dans de nombreux domaines, dont celui de la santé humaine. Les résultats d’une étude internationale regroupant des recherches de l’école de santé publique de l’Université de Caroline du Nord aux Etats-Unis, montrent que ces températures élevées pourraient fortement augmenter les risques de décès. Publiée dans la revue scientifique The Lancet Planetary Health, cette analyse a été co-écrite par un groupe de chercheurs en Chine, en Corée du Sud, au Japon, en Allemagne et aux États-Unis.

Les fortes chaleurs la nuit augmentent jusqu’à 60 % le taux de mortalité

C’est la première étude à estimer l’impact des nuits plus chaudes, provoquées par le changement climatique, sur le risque de mortalité. “Les risques d’augmentation de la température la nuit ont souvent été négligés”, a déclaré le co-auteur de l’étude, Yuqiang Zhang, climatologue au Département des sciences et de l’ingénierie environnementale de l’Université américaine. “Cependant, dans notre étude, nous avons constaté que les occurrences de nuits trop chaudes devraient se produire plus rapidement que les changements de température moyens quotidiens. La fréquence et l’intensité moyenne des nuits chaudes augmenteraient de plus de 30 à 60 % d’ici les années 2100, contre moins de 20 % d’augmentation de la température moyenne quotidienne.”

D’après leur modélisation, les nuits plus chaudes entre 2016 et 2100 pourraient augmenter jusqu’à six fois les risques de décès. Cette estimation est beaucoup plus élevée que le risque de mortalité lié au réchauffement quotidien moyen suggéré par les modèles de changement climatique.

La chaleur réduit la qualité du sommeil la nuit

Comment expliquer ce phénomène ? D’après les scientifiques, les températures élevées pendant la nuit peuvent interrompre la physiologie normale du sommeil. Moins de sommeil peut alors entraîner de nombreux troubles de l’organisme, allant des dommages au système immunitaire à un risque plus élevé de maladies cardiovasculaires et de maladies chroniques, en passant par un risque accru d’inflammation et de problèmes de santé mentale.

“Pour lutter contre le risque pour la santé soulevé par l’augmentation de la température due au changement climatique, nous devons concevoir des moyens efficaces pour aider les gens à s’adapter”, a déclaré Yuqiang Zhang. “Localement, la chaleur pendant la nuit devrait être prise en compte lors de la conception du futur système d’alerte canicule, en particulier pour les populations vulnérables et les communautés à faible revenu qui pourraient ne pas être en mesure de payer les dépenses supplémentaires de climatisation. En outre, des stratégies d’atténuation plus solides, notamment des collaborations mondiales, devraient être envisagées pour réduire les impacts futurs du réchauffement.”

Cette étude n’a étudié l’impact du réchauffement climatique que sur 28 villes de trois pays, donc les chercheurs souhaitent rester prudents concernant l’extrapolation de ces résultats à d’autres régions du monde. Ils estiment néanmoins que de nouvelles analyses devraient être menées pour “avoir une image globale des effets mortels de la chaleur nocturne selon les scénarios de changement climatique”.

Leave a Comment

Your email address will not be published.