Top 10 des réponses aux questions existentielles qu’on se pose sur la plage

Top 10 des réponses aux questions existentielles qu’on se pose sur la plage

Quand on va à la plage, c’est rarement pour se torturer l’esprit avec des questions à la con, dont les réponses sont tout sauf évidentes. Ça tombe bien, je ne vais pas à la plage. Donc j’ai le droit de me torturer l’esprit, avec des questions à la con, afin de rendre leurs réponses évidentes. Pourquoi l’eau de mer, c’est salé ?

1. Pourquoi l’eau est salée ?

Il faut remonter longtemps (très longtemps) en arrière pour comprendre. Il y a 4 milliards d’années, notre planète bleue était couverte de volcans qui libéraient de la vapeur d’eau et des gaz (dont du chlore et du soufre) dans l’atmosphère. Lorsque les océans se sont formés quelques centaines de millions d’années plus tard, ils ont absorbé ces gaz, qui se sont alors dissous sous forme de sulfate, qui a commencé à saler l’eau. Durant les millions d’années qui ont suivi, le phénomène s’est renforcé grâce à l’érosion du sol. En effet, la pluie, ruisselant sur les roches avant de finir dans l’eau, a continué (et continue) d’apporter différents minéraux participants à la salinité de l’eau comme le sodium, le calcium, le potassium et le magnésium.

2. Y’a combien de grammes de sel, dans l’eau ?

On compte environ 34,7 g de sel pour un litre d’eau. Tout océan confondu, cela équivaut à 49 millions de milliards de tonnes de sel. Si vous vous posez la question, ça s’écrit 49 000 000 000 000 000 (15 zéros), en chiffre. C’est beaucoup. Vraiment beaucoup.

3. Combien y’a de grains de sable sur Terre ?

Rassurez-vous, personne n’a tenté l’expérience de les compter un par un. Clairement, c’est un truc à finir complètement maboul au bout de 20 mètres. Cependant, des petits génies se sont prêté à l’horrible jeu des mathématiques, et ont émis des hypothèses reposant sur des calculs obscurs que je ne comprends pas du tout. Selon Howard C. McAllister, professeur de physique à l’université d’Hawaï, il y en 7,5 trillons (7 500 000 000 000 000 000 grains de sable). De son côté, Eric Chaumillon, chercheur à l’université de La Rochelle (ça fait moins rêver qu’Hawaï), a estimé à 200 millions de milliards de milliards (2 x 10 puissance 26) leur nombre. Voilà, finalement… On n’est pas beaucoup plus avancés, hein. (Source)

4. D’ailleurs, pourquoi y’a du sable au fond de l’eau ?

Encore une fois, tout est lié à l’érosion ! L’eau de l’océan mouille les roches, qui se fragilisent et se cassent en cailloux. Ces cailloux sont emportés par les vagues qui les cassent à nouveau. De fil en aiguille, les petits morceaux de roches cassés et recassés forment le sable. Ce dernier finit au fond de l’eau, puis est rejeté sur la plage. CQFD. D’autres questions ? Oui ? On continuuuue.

(Source)

5. Pourquoi, parfois, ce sont des galets à la place ?

La composition des plages (sable plus ou moins fin ou galets) dépend avant tout de la formation géologique de la région. Comme nous l’avons expliqué pour le sable : les plages sont essentiellement le résultat de l’érosion des roches alentour. En Normandie, par exemple, les roches sont majoritairement faites de craie enfermant des galets de silex. Lorsque la craie est érodée par la pluie, du vent ou la mer elle-même, elle libère des galets. Et TADAAAAAM, ça fait des plages de galets qui font super mal aux pieds. (Source)

6. Pourquoi y’a-t-il des marées ?

Ces mouvements de l’eau sont provoqués par… La Lune. Oui, oui. Ce satellite naturel de la Terre attire vers lui ces étendues de flotte à chacun de ses passages. Si le Soleil s’aligne avec la Lune, le phénomène est encore renforcé et provoque ce qu’on appelle les « grandes marées » ou « vives-eaux ». Comme la Terre tourne sur elle-même en 24h, les océans ne sont pas toujours face à la Lune. En s’éloignant de l’astre, l’attraction diminue et l’océan revient à sa position de départ : la marée remonte.

Contrairement à ce que l’on a tendance à croire, les marées ne sont pas réservées aux océans : elles existent aussi pour les mers. Elles sont juste moins perceptibles, car l’étendue d’eau est bien inférieure, et que les conditions atmosphériques comme les vents contraires viennent atténuer le phénomène.

7. Ça se forme comment, les vagues ?

Les vagues résultent de la réunion de deux éléments : l’eau et l’air, loin du rivage, en pleine mer. Sur les eaux peut se former un système dépressionnaire (un régime de basse pression) qui peut amener des intempéries. Lorsqu’il rencontre son opposé (les anticyclones), le vent souffle entre les deux pour équilibrer la pression atmosphérique. De cette manière, le vent créé une onde, qui deviendra ensuite une vague. (Source)

Crédits photo : Montage Topito

8. Pourquoi la mer est bleue ?

La lumière que diffuse le soleil sur Terre est blanche : elle est composée de toutes les couleurs de l’arc-en-ciel, avec des longueurs d’ondes différentes, couvrant le spectre de l’infrarouge à l’ultraviolet. À la rencontre de l’eau, la lumière se décompose. Le côté rouge du spectre lumineux est absorbé, pendant que le côté bleu est reflété. De cette manière, nos yeux perçoivent les rayonnements vert et bleu. Plus le nombre de molécules « absorbantes » est grand, plus cette couleur est marquée. C’est pourquoi, dans une fine épaisseur comme un verre d’eau, l’eau apparaît transparente, alors que là où la profondeur est importante, elle ressort bleu marine et opaque.

(Source)

9. Et pourquoi est-elle plus claire, parfois ?

Plusieurs facteurs entrent en jeu : la profondeur, d’abord. Plus la mer est profonde, moins la lumière se reflète et plus elle nous apparaît bleu foncé. Pourtant, dans certains lagons, même au large, l’eau reste très claire, voire turquoise. En fait, c’est parce que la couleur du fond influence aussi l’apparence de l’eau. Un sable très clair donnera un aspect plus clair à la mer. Enfin, la production biologique a aussi un rôle à jouer. Là où il y a des phytoplanctons, il y a de la chlorophylle. Celle-ci absorbe la composante bleue et aide la lumière à se décaler vers le vert. (Source)

10. Pourquoi bronze-t-on mieux à la mer qu’à la piscine ?

Parce que l’eau et le sel favorisent la réverbération du soleil. En effet, le sel contenu dans l’eau reflète mieux la lumière du soleil et constitue, ainsi, un accélérateur de bronzage naturel. On en profitera pour noter que les rayons UV pénètrent dans l’eau jusqu’à 30 cm de profondeur, et qu’elle réfléchit entre 10% et 30% des rayons du soleil.

11. Bonus : pourquoi y’a toujours un connard pour venir coller sa serviette à la vôtre ?

Mystère non élucidé.

Leave a Comment

Your email address will not be published.