Hyperesthésie : cutanée, auditive, cause, traitement

Hyperesthésie : cutanée, auditive, cause, traitement

Notion complexe, l’hyperesthésie désigne une exagération de certaines sensibilités. Elle peut toucher plusieurs sens ou un seul, peut être temporaire ou plus ou moins définitive. Pour les personnes qui en souffrent, une simple caresse au niveau de la zone sensible peut être douloureuse.

Définition : c’est quoi l’hyperesthésie ? 

L’hyperesthésie désigne l’exagération des sens (toucher, vue, odorat, ouïe, goût) qui peuvent transformer certaines sensations en douleur. Il s’agit d’un terme plutôt vague qui englobe une hypersensibilité qui semble pouvoir toucher tous les sens à la fois ou un seul. Cette notion est un peu dépassée, même en médecine de la douleur, et est désormais remplacée par des termes plus spécifiques selon le sens touché par l’hypersensibilité.   

C’est quoi l’hyperesthésie cutanée ? 

Une hyperesthésie cutanée peut aussi être appelée allodynie mécanique. “Il s’agit de sensations cutanées douloureuses alors qu’elles ne devraient pas l’être. On peut effleurer la peau avec de la soie mais cette sensation peut être insupportable pour la personne“, expliquent Agnès Morier et Audrey Lallemant, kinésithérapeutes et coauteurs de Pratique de la rééducation sensitive des douleurs neuropathiques. On parle d’allodynie lorsque “les fibres nerveuses de la peau transmettent n’importe quoi au cerveau, complète Isabelle Nègre, anesthésiste, responsable du centre d’évaluation et de traitement de la douleur à la l’hôpital Bicêtre. On parle en revanche de paresthésie lorsque l’on ressent des sensations électriques et fourmillements au frottement.”

C’est quoi l’hyperesthésie auditive ? 

Dans le cas de l’hyperesthésie auditive, on peut parler d’hyperacousie. Il s’agit d’une intolérance au son ou à des bruits même lorsque le volume est pourtant tolérable voire bas. Généralement les personnes souffrant de cette hypersensibilité expliquent qu’elles sont gênées par les bruits du quotidien.  

C’est quoi l’hyperesthésie visuelle ? 

Il s’agit d’une hypersensibilité aux stimulations visuelles. La lumière du jour ou artificielle est rapidement éblouissante pour les personnes dont l’hyperesthésie touche la vue. Cette hypersensibilité peut être liée à une pathologie sous-jacente comme la migraine

Quels sont les symptômes de l’hyperesthésie ?

Les symptômes sont plus ou moins importants et varient selon les personnes. Concernant l’hyperesthésie cutanée, certains patients déclarent ressentir des coups de poignard, des décharges électriques, des brûlures, des fourmis, des démangeaisons ou encore des engourdissements. Concernant l’hyperesthésie auditive, certaines personnes peuvent parfois percevoir des sons de manière très agressive et il en est de même pour l’hyperesthésie visuelle concernant la lumière. L’hyperesthésie qui touche l’odorat et le goût en revanche peut parfois être un atout car elle permet de percevoir un large éventail d’odeurs et de goûts mais cela peut aussi devenir très gênant et une odeur ou un goût trop fort peut révulser la personne. 

Quelles sont les causes de l’hyperesthésie ? 

D’après le Dr Isabelle Nègre, l’hyperesthésie peut venir de douleurs neuropathiques, c’est-à-dire d’un dysfonctionnement du système nerveux, ou bien du système nociceptif activé à tort. Ce dernier est une sorte de système d’alarme qui se déclenche lorsque quelque chose engendre de la douleur. L’hyperesthésie peut ainsi être causée par une brûlure ancienne (la peau reste ainsi plus sensible à cet endroit), une lésion cutanée ou une inflammation, par des douleurs projetées, ou encore par un organe interne : “après une opération de la vésicule biliaire, la peau peut être plus sensible à ce niveau là qu’ailleurs“. Sous toute allodynie mécanique, il existe une hypoesthésie, c’est-à-dire une perte de sensibilité, assurent Audrey Lallemant et Agnès Morier. “Après une chirurgie, par exemple, il peut exister une perte de mécanorécepteurs entraînant une hypoesthésie. Pour certains, la zone touchée devient ensuite très sensible voire douloureuse.” L’hyperesthésie visuelle ou auditive par exemple, peuvent être dues à des traumatismes ou d’autres pathologies.  

Le diagnostic peut être effectué grâce à un examen clinique : “Le patient explique ce qu’il ressent puis nous faisons des tests pour savoir si l’hyperesthésie est globale ou localisée“, explique le Dr Nègre.  

Quel est le traitement de l’hyperesthésie ?

Pour soigner l’hyperesthésie cutanée, il est important de connaître la cause sous-jacente. Les centres antidouleurs prennent en soins les douleurs de la peau. Il existe une technique de rééducation permettant au toucher de redevenir confortable. En cas d’allodynie mécanique, “dans un premier temps, nous demandons aux personnes de ne plus toucher le territoire sensible. On détermine ensuite une zone de la peau à stimuler de manière douce à distance du territoire allodynie. Chez lui, le patient devra ainsi toucher cette zone de manière douce huit fois par jour pendant une minute. Pas plus longtemps car il ne faut pas que cela devienne désagréable. Quand l’allodynie mécanique aura disparu nous reprendrons le toucher sur le territoire sensible de manière progressif avec des matières différentes d’après un protocole défini et validé“, expliquent Agnès Morier et Audrey Lallemant.   

Merci à Isabelle Nègre, anesthésiste, responsable du centre d’évaluation et de traitement de la douleur à la l’hôpital Bicêtre et
à Agnès Morier et Audrey Lallemant, kinésithérapeutes et auteurs de Pratique de la rééducation sensitive des douleurs
neuropathiques.

Sources : 
Neuropain.ch : rééducation sensitive des douleurs neuropathiques ;
Morier A, Lallemant A, Romeu P. Rééducation sensitive en neurologie périphérique. Douleurs Evaluation – Diagnostic – Traitement 2019 ;20 :175-182

Leave a Comment

Your email address will not be published.