5 bonnes habitudes à adopter !

5 bonnes habitudes à adopter !

En matière de longévité, certaines habitudes permettent de prendre soin de notre santé, d’autant plus lorsque l’on prend de l’âge. Pour rester en forme après 50 ans, mieux vaut les adopter, et ce, au plus tôt !

Rédigé par Cecile, le 9 Aug 2022, à 14 h 43 min

Nous vivons désormais plus longtemps, en meilleure santé. D’après l’Insee, l’espérance de vie d’une femme en 2021 était de 85,4 ans, contre 79,3 ans pour les hommes. Une longévité due principalement aux progrès de la médecine et de la science, mais également à l’amélioration de nos conditions et modes de vie. D’après l’OMS (Organisation mondiale de la Santé), d’ici 2030, un individu sur six sera âgé de plus de 60 ans.

Se protéger des maladies qui apparaissent avec l’âge

Une étude menée par des chercheurs de l’Harvard University et de l’Amsterdam University Applied Sciences, parue dans la revue The BMJ, s’est justement penchée sur les facteurs permettant d’accroître notre espérance de vie. Les chercheurs ont ainsi pu établir une liste de 5 bonnes habitudes à adopter pour mieux vieillir, notamment après 50 ans. Pour arriver à leurs conclusions, ils se sont basés sur l’étude de groupes d’individus tout au long d’une trentaine d’années.

Les conclusions sont sans appel : en ce qui concerne les femmes âgées de 50 ans, suivre au moins 4 de ces bonnes habitudes leur permet de profiter d’en moyenne 34,4 ans de vie supplémentaire. À l’inverse, les femmes du même âge ne suivant aucune de ces recommandations ont vu leur espérance de vie restante estimée à 23,7 ans. Concernant les hommes, ceux de 50 ans suivant aussi, a minima, 4 recommandations, avaient une espérance de vie restante estimée à 31,1 ans, contre 23,5 ans pour ceux n’y prêtant pas attention.

En effet, avec l’âge le corps devient plus fragile et certaines maladies peuvent alors se développer plus facilement. Parmi ces pathologies favorisées par l’âge, l’OMS cite notamment :

  • Le diabète
  • Le cancer
  • L’arthrose
  • L’ostéoporose
  • Les maladies cardiovasculaires
  • La démence (Parkinson, Alzheimer, etc.)

Des maladies que certaines bonnes habitudes peuvent donc contribuer à éviter. Lesquelles ?

5 bonnes habitudes à adopter pour bien vieillir

1 – Ne pas fumer

Mieux vaut éviter de fumer pour bien vieillir, d’autant plus si l’on est âgé de plus de 50 ans. En effet, fumer peut déclencher de multiples problèmes de santé comme des cancers, des maladies cardiaques ou pulmonaires. En outre, fumer accélère aussi le vieillissement cutané.

A lire aussi : Nos astuces pour ne plus fumer… et tenir !

2 – Limiter le temps passé devant les écrans et l’exposition aux infos négatives

Autre recommandation des chercheurs pour allonger son espérance de vie : ne pas passer trop de temps devant les écrans et particulièrement les réseaux sociaux. Ces derniers, conçus pour monopoliser l’attention, peuvent être sources de troubles mentaux liés notamment à une comparaison excessive. De plus, les réseaux sociaux peuvent être vecteurs d’informations négatives, au même titre que d’autres médias dont il convient de limiter la lecture. Le but n’est pas de « faire l’autruche », mais de ne pas sombrer dans la déprime en raison d’une consultation accrue des informations. Un conseil qui vaut à tout âge !

Les dangers des réseaux sociaux

3 – Restreindre sa consommation d’alcool et éviter de boire des boissons trop caloriques

À n’importe quel âge également, limiter sa consommation de boissons alcoolisées et/ou trop caloriques est important. À mesure que nous prenons de l’âge, notre organisme ne parvient plus aussi bien à traiter et évacuer l’alcool, de même que les graisses et les sucres. Une consommation trop importante de boissons alcoolisées et/ou trop sucrées contribue ainsi à une prise de poids et la survenue d’autres maladies chroniques telles que l’anxiété, la dépression et le cancer.

Pour vous rafraîchir, préférez les eaux aromatisées ou les thés glacés aux fruits, parfaits pour l’été !

4 – Manger équilibré pour ne pas être en surpoids

Autre conseil qui peut paraître basique, mais pourtant, bien manger est essentiel et il est important de s’en rappeler lorsque l’on se sent plus fatigué ou anxieux. Ne dit-on pas que l’intestin est notre second cerveau ? L’intestin influe sur l’ensemble de nos comportements, ce qui n’a rien d’étonnant lorsque l’on sait que le système digestif compte près de 200 millions de neurones et interagit de multiples manières avec le cerveau. Ainsi, un système digestif malmené se reflète sur l’état général d’une personne et entraîne de nombreux troubles physiques et psychiques : douleurs, prise de poids, dépression, anxiété, etc.

Manger équilibré

Une bonne hygiène de vie incluant une alimentation équilibrée est ainsi préconisée pour préserver son système digestif et atteindre un IMC (indice de masse corporel) normal, compris entre 18,5 et 24,9. Un indice qui varie en fonction de l’âge et ne doit donc pas devenir une obsession, notamment lors de la ménopause où la silhouette de la femme se modifie sous l’effet des changements hormonaux. Ainsi, de 55 à 64 ans, l’OMS estime qu’un IMC optimal peut être compris entre 23 et 28. Le but premier : éviter l’accumulation de masse graisseuse dans l’organisme, dont la plus dommageable pour la santé se situe au niveau de l’abdomen, puisqu’elle comprime les organes et perturbe leur fonctionnement.

A lire aussi : Surpoids : les sucres ajoutés sont responsables, pas le gras

5 – Adopter une bonne routine de sommeil

Enfin, bien dormir est tout aussi important pour rester en forme. Quel que soit l’âge, mais d’autant plus lorsque l’on vieillit, une routine de sommeil permet de préserver les bénéfices d’une nuit réparatrice. Or, à mesure que nous prenons de l’âge, cette routine peut être altérée par divers éléments perturbateurs tels que la prise de médicaments, une incontinence nocturne, un changement d’horaires avec le passage à la retraite, etc. Il est important de continuer à respecter des horaires réguliers de coucher comme de lever, en évitant la prise de substances pouvant perturber le sommeil, comme le tabac et l’alcool. Le manque de sommeil est d’ailleurs associé à un risque accru de démence après 50 ans.

consoGlobe vous recommande aussi…





Devenir rédacteur

Leave a Comment

Your email address will not be published.