AIDS 2022 – Crise du SIDA : quel chemin avons-nous parcouru et qu’est-ce qui nous attend ?

Un test non invasif permet de détecter le cancer colorectal d’apparition précoce

Une simple analyse de sang basée sur les microARN pourrait s’imposer comme une nouvelle manière de dépister le cancer colorectal d’apparition précoce, d’après une nouvelle étude publiée dans la revue Gastroenterology.

Les chercheurs ont identifié quatre microARN (miARN), qui forment ensemble un biomarqueur caractéristique pouvant être utilisé pour détecter et diagnostiquer la présence d’un cancer colorectal à partir d’une biopsie liquide au sein d’une population plus jeune.

Les chercheurs ont d’abord analysé un ensemble de données de profilage de l’expression des miARN provenant de 1 061 personnes, afin d’identifier les miARN dont l’expression était plus élevée chez les patients atteints d’un cancer colorectal. L’ensemble de données incluait 42 patients atteints d’un cancer colorectal d’apparition précoce de stade I–II, 370 patients atteints d’un cancer colorectal d’apparition tardive de stade I–II, 62 patients de moins de 50 ans sans cancer, et 587 patients de 50 ans et plus sans cancer.

Les chercheurs ont identifié 28 miARN qui étaient régulés à la hausse de manière significative dans les échantillons de tissu de cancer colorectal d’apparition précoce, comparativement aux échantillons sans cancer, et 11 miARN régulés à la hausse spécifiquement dans les échantillons de cancer colorectal d’apparition précoce uniquement. Sur ces 11 miARN, 4 étaient assez distincts les uns des autres et détectables dans les échantillons de plasma que les chercheurs pourraient utiliser pour l’entraînement et la validation comme biomarqueur combiné.

Les chercheurs ont utilisé 117 échantillons de plasma dans la cohorte d’entraînement, dont 72 provenant de personnes atteintes d’un cancer colorectal d’apparition précoce et 45 provenant de donneurs sains, afin de développer et d’entraîner un test détectant les 4 miARN. La cohorte de validation comprenait 142 échantillons de plasma, dont 77 provenant de patients atteints d’un cancer colorectal d’apparition précoce et 65 provenant de donneurs sains.

Dans la cohorte d’entraînement, le test à 4 miARN avait une sensibilité de 90 % et une spécificité de 80 %, avec une valeur prédictive positive (VPP) de 88 % et une valeur prédictive négative (VPN) de 84 %. Dans la cohorte de validation utilisée pour la validation, le test avait une sensibilité de 82 %, une spécificité de 86 %, une VPP de 88 % et une VPN de 80 %.

Selon le stade de la maladie, le panel de 4 miARN a identifié à la fois le cancer colorectal d’apparition précoce de stade précoce (stade I–II : sensibilité de 92 %, spécificité de 80 %) et de stade tardif (stade III–IV : sensibilité de 79 %, spécificité de 86 %) dans la cohorte de validation.

« L’objectif serait d’utiliser ce test dans le cadre des bilans de santé annuels de routine, ou tous les 6 mois chez les personnes issues de familles à risque élevé », déclare l’auteur principal de l’étude Ajay Goel, PhD, président du département de Diagnostic moléculaire et de Thérapeutique expérimentale au Centre d’oncologie générale City of Hope (City of Hope Comprehensive Cancer Center), à Duarte, en Californie.

« Ce test est financièrement abordable, facile à réaliser à partir d’un petit tube de sang, et tant que ce test reste négatif, vous êtes dans le vert », explique le Dr Goel. Car même si les patients manquent un test, le suivant, qu’il soit six mois ou un an plus tard, détectera tout cancer potentiel.

« Le cancer du côlon ne tue pas du jour au lendemain. Ce test doit donc être utilisé comme un précurseur de la coloscopie. Tant que le test est négatif, vous pouvez reporter la coloscopie », explique-t-il.

La petite taille de l’échantillon était une limite importante de cette étude.

Ce travail a été financé par l’Institut national américain du cancer (National Cancer Institute), les Instituts nationaux américains de la santé (National Institutes of Health), et la Fundación Mapfre Guanarterme, en Espagne. Les auteurs n’ont signalé aucun conflit d’intérêts potentiel.

Leave a Comment

Your email address will not be published.