Nigeria : plus de 45 millions de personnes vaccinées contre la fièvre jaune pendant la pandémie de COVID-19 – Santé

Accueil > Politique > Santé

Vaccin à une injection pour une immunité à vie

lundi 8 août 2022


En 2016, des épidémies mortelles de fièvre jaune en Angola et en République démocratique du Congo ont mis le continent africain en garde contre cette maladie. Le Nigeria a été identifié comme un pays à haut risque avec 160 millions de personnes exposées. 66 millions ont été vaccinées, dont 45 millions pendant le pic de contamination au coronavirus. Contrairement aux produits utilisés comme vaccins contre la COVID nécessitant l’achat d’une dose à 20 euros tous les 6 mois, il suffit d’une seule injection du vaccin contre la fièvre jaune pour être immunisé à vie.


« J’ai perdu mon deuxième enfant à cause de la fièvre jaune. Ce fut une expérience très traumatisante pour ma famille et moi », explique Muhammed Awal, père de cinq enfants de l’État de Taraba au Nigeria. « Nous avons transporté l’enfant d’urgence à l’hôpital lorsqu’il a commencé à montrer des symptômes de la maladie, et il est décédé deux à trois jours après, car ses organes internes avaient été très endommagés ».

Muhammed décrit la tragédie de sa famille et les efforts pour assurer la protection du reste de ses enfants dans l’un des deux films commandés par la stratégie d’élimination des épidémies de fièvre jaune ou EYE. L’objectif d’EYE est d’éliminer les épidémies de fièvre jaune d’ici 2026, grâce à un vaccin à injection unique qui confère une immunité à vie, et vise à protéger près d’un milliard de personnes en Afrique et dans les Amériques.

25 % des personnes à risque en Afrique sont au Nigeria

En 2016, des épidémies mortelles de fièvre jaune en Angola et en République démocratique du Congo ont mis le continent africain en garde contre cette maladie. La stratégie EYE, un partenariat entre l’Organisation mondiale de la santé, l’UNICEF et Gavi, l’Alliance du vaccin, a été mise en place en réponse et a identifié le Nigeria comme un pays à haut risque.

La population du Nigeria est d’environ 200 millions d’habitants, dont 160 millions de personnes exposées au risque de fièvre jaune. Cela représente environ 25 % de toutes les personnes à risque en Afrique. La fièvre jaune est un virus transmis par des moustiques infectés. Le Dr Anne Eudes Jean Baptiste, médecin-chef de l’Organisation mondiale de la santé au Nigeria, explique : « La fièvre jaune est dangereuse car un petit pourcentage de patients traversera une phase plus toxique de la maladie. À ce moment-là, ils auront de la fièvre, une défaillance du système, principalement au niveau des reins et du foie. Ils peuvent avoir des saignements provenant de la bouche, du nez et des yeux et dans les 7 à 10 jours, la moitié d’entre eux mourront ».

Abritant certaines des villes les plus densément peuplées du monde, le Nigeria est exposé à la fois au risque d’exposition urbaine et sylvatique (jungle) à la maladie. L’exposition sylvatique est la transmission de la fièvre jaune par des moustiques qui ont piqué des animaux et des primates non humains. Les travailleurs des mines et de l’agriculture sont particulièrement vulnérables à ce type de transmission.

Résurgence de la fièvre jaune en 2017

En 2017, il y a eu une résurgence de la fièvre jaune au Nigeria après 15 ans. Cela est dû à des lacunes dans la détection de la maladie plutôt qu’à l’absence de transmission du virus et à la nature cyclique de la transmission sylvatique. Comme la surveillance et les tests de laboratoire ont été renforcés, de meilleures informations sur la distribution de la maladie chez l’homme sont devenues disponibles.

Le Dr Ifedayo M. O Adetifa, directeur général du Nigeria Center for Disease Control, explique : « nous avons considérablement renforcé la surveillance. Nous avons des laboratoires de référence dans le pays qui ont été renforcés et qui sont soutenus et évalués pour s’assurer qu’ils respectent tous les paramètres de performance en termes de collecte d’échantillons et de référence à nos laboratoires de référence à Abuja ».

Dans un documentaire sur une campagne de vaccination dans l’État de Taraba, le Dr Adetifa explique que « malgré la pandémie de COVID-19 en cours, nous avons distribué plus de 66 millions de doses [1] en 2020 et 2021 pour protéger les gens contre les épidémies de fièvre jaune. Cette réalisation a été possible grâce à la vaccination de routine, ainsi qu’à des campagnes de vaccination de masse qui identifient les lacunes de la population et ciblent de manière proactive les communautés vulnérables ».

Vaccin brésilien contre la fièvre jaunes. (Photo Agência Brasil Fotografias, CC BY 2.0 <https://creativecommons.org/license…>
, via Wikimedia Commons)


[1] Ce nombre a été estimé au moment du tournage. Le nombre réel de campagnes de vaccination de masse préventives et réactives est de 45 millions pendant la pandémie de COVID-19.


Un message, un commentaire ?

signaler contenu

Leave a Comment

Your email address will not be published.