Selfie du robot Curiosity sur Mars prés du Mont Mercou une formation rocheuse de 6 mètres de haut - Credit : NASA/JPL-Caltech/MSSS

Curiosity fête ses 10 ans sur le planète Mars, quelles sont ses découvertes ?

Le rover Curiosity est sur la planète Mars depuis 10 années maintenant. Malgré des signes d’usure l’intrépide est toujours là. Sa mécanique et sa santé sont suffisamment satisfaisantes pour qu’un nouveau chapitre de son histoire débute.

Il y a dix ans le rover Curiosity de la NASA a touché de ses roues le sol de la planète rouge. Ce grand succès technologique a eu la mission de rechercher des preuves que la vie sur Mars a été possible par le passé.

Rover Curiosity sur Mars

Depuis son arrivée Curiosity a parcouru près de 29 kilomètres et a gravi 625 mètres. Il a exploré le cratère Gale et les contreforts du mont Sharp. Son laboratoire embarqué a permis d’analyser 41 échantillons de roche et de sol. En parallèle une équipe d’ingénieurs sur Terre a du immaginer des moyens de minimiser l’usure tout en travaillant à maintenir le rover en marche.

Le bilan est une grande réussite si bien que sa mission a récemment été prolongée de trois ans.

Curisity et le planète Mars

Curiosity a étudié le ciel de la planète rouge, capturé des images de nuages et de lunes. Son appareillage a permis de connaitre avec exactitude la quantité de rayonnement de haute énergie à laquelle seront exposés les astronautes qui fouleront le sol de la planète.

Curiosity fête ses 10 ans sur Mars

Curiosity fête ses 10 ans sur Mars – Credits: NASA/JPL-Caltech

Sa plus grande réussite a été de déterminer que l’eau liquide, des constructions chimiques et des nutriments nécessaires pour soutenir la vie ont été présents pendant au moins des dizaines de millions d’années dans le cratère Gale. Il a abrité par le passé un lac, dont la taille a fluctué avec le temps.

Maintenant, le rover se dirige vers une nouvelle région. Les scientifiques pensent qu’elle s’est formée alors que l’eau se desséchait, laissant derrière elle des minéraux salés appelés sulfates. Ashwin Vasavada, scientifique du projet Curiosity au Jet Propulsion Laboratory de la NASA en Californie du Sud explique

« Nous voyons des preuves de changements spectaculaires dans l’ancien climat martien. La question est maintenant de savoir si les conditions habitables que Curiosity a trouvées jusqu’à présent ont persisté à travers ces changements. Ont-ils disparu, pour ne jamais revenir, ou sont-ils venus et sont-ils partis pendant des millions d’années ? »

L’équipe prévoit de passer les prochaines années à explorer cette riche région. Des cibles sont déjà marquées comme le canal Gediz Vallis, qui s’est peut-être formé lors d’une inondation à la fin de l’histoire du mont Sharp.

Curiosité, les secrets de sa longévité

Le rover est une vraie star demandant une équipe de centaines d’ingénieurs travaillant à la fois en personne au JPL et à distance de chez eux.

La NASA explique

« Ils cataloguent chaque fissure dans les roues, testent chaque ligne de code informatique avant qu’elle ne soit projetée dans l’espace et forent dans des échantillons de roche sans fin dans le Mars Yard du JPL, garantissant que Curiosity peut faire de même en toute sécurité. »

Andy Mishkin, chef de projet par intérim de Curiosity au JPL

« Dès que vous atterrissez sur Mars, tout ce que vous faites est basé sur le fait qu’il n’y a personne pour le réparer sur 100 millions de miles. Il s’agit d’utiliser intelligemment ce qui se trouve déjà sur votre rover. »

En raison de défaillance le processus de forage de Curiosity a été réinventé à plusieurs reprises depuis l’atterrissage. Par exemple récemment, le système de freinage qui permet au bras robotique de bouger ou de rester en place a cessé de fonctionner. Les ingénieurs ont trouvé des solutions pour que le bras fonctionne comme d’habitude tandis que l’équipe a appris à forer plus doucement pour préserver les nouveaux freins.

Pour minimiser les dommages aux roues, les ingénieurs gardent un œil sur les endroits dangereux et un algorithme de contrôle de traction a été développé. L’approche est identique du côté de l’alimentation afin de préserver le plus possible la puissance du rover. Pour rouler Curiosity utilise sa batterie nucléaire à longue durée de vie plutôt que ses panneaux solaires. Malheureusement elle perd en efficacité si bien que le Rover n’a plus la même autonomie qu’à ses premiers jours sur Mars.

 

JOYEUX ANNIVERSAIRE CURIOSITY !

Leave a Comment

Your email address will not be published.