La République du Congo va vacciner plus de 4 millions de personnes contre la fièvre jaune

La République du Congo va vacciner plus de 4 millions de personnes contre la fièvre jaune

  • La campagne de vaccination de masse à visée préventive va cibler la quasi-totalité de la population âgée de 9 mois à 60 ans, dans 11 départements du Congo.

  • Le Congo est situé dans la ceinture africaine de la fièvre jaune, ce qui l’expose au risque d’épidémies meurtrières.

  • La campagne bénéficie du soutien de Gavi, l’Alliance du Vaccin, de l’UNICEF, de l’OMS et de leurs partenaires.

 

 

Genève, le 5 août 2022 – La République du Congo a lancé une campagne de vaccination préventive de masse qui vise à vacciner plus de 93 % de la population contre la fièvre jaune. La campagne, qui débute aujourd’hui, va cibler plus de 4 millions de personnes dans 11 des 12 départements du pays. Le Congo s’est fixé comme objectif d’atteindre une couverture de plus de 95 % au niveau national.

Plus de 13 800 professionnels de santé sont mobilisés par le gouvernement congolais pour cette campagne de sept jours, qui bénéficie du soutien de Gavi, l’Alliance du Vaccin, de l’UNICEF, de l’OMS et de leurs partenaires. Cette campagne a pour objectif de prévenir les épidémies de fièvre jaune et de renforcer les systèmes de surveillance de manière à pouvoir rechercher et identifier rapidement les cas. Pointe Noire est le seul département qui ne participera pas à cette campagne de masse, car il a déjà bénéficié d’une campagne réactive, avec une couverture de 93 %.

« La fièvre jaune, qui est endémique dans toute l’Afrique occidentale et centrale, tue chaque année près de 60 000 Africains, qui pourraient être sauvés grâce à ce vaccin très efficace. Nous sommes fiers de travailler avec le gouvernement du Congo et nos partenaires pour cette campagne de vaccination préventive de masse, qui permettra de protéger la population congolaise contre cette maladie mortelle et de réduire le risque d’apparition d’épidémies meurtrières », a déclaré Thabani Maphosa, directeur général des programmes pays de Gavi.

La couverture vaccinale contre la fièvre jaune a augmenté dans le pays depuis 2004, date de l’introduction du vaccin dans le calendrier de vaccination systématique : elle est passée 54 % en 2005 à 80 % en 2015. Le risque d’épidémie reste toutefois élevé et ne peut être réduit que si la majorité de la population est vaccinée. Selon les dernières estimations OMS/UNICEF de la couverture vaccinale (WUENIC) pour la République du Congo, le pourcentage d’enfants ayant reçu les trois doses de vaccin contre la diphtérie, le tétanos et la coqueluche (DTC3) est passé de 73 % en 2020 à 77 % en 2021, tandis que la couverture avec la première dose de vaccin contre la rougeole stagne à 68 %, et que la couverture vaccinale contre la fièvre jaune a baissé de façon continue de 2 % au cours des deux dernières années (2019-2021) durant lesquelles le pays a dû faire face à la pandémie de COVID-19.

« On dispose de plusieurs moyens de lutte contre la fièvre jaune : la vaccination préventive, la constitution d’un stock mondial de vaccins pour riposter aux épidémies, et la préparation des pays les plus à risque. Avec l’aide de ses partenaires, le gouvernement du Congo va tout mettre en œuvre pour atteindre les objectifs de la campagne et juguler les épidémies qui sévissent actuellement dans le pays » a déclaré le Dr Edouard Ndinga, chef du groupe Vaccination et maladies évitables par la vaccination (MEV) du Bureau de l’OMS au Congo.

La fièvre jaune est une maladie hémorragique virale aiguë transmise par des moustiques infectés, potentiellement mortelle, mais contre laquelle il existe un vaccin extrêmement efficace. Les épidémies meurtrières de fièvre jaune survenues ces dernières années au Congo (et dans les pays voisins, Angola et République démocratique du Congo) constituent une menace pour le pays qui est désormais en état d’alerte maximale face à la possibilité de survenue d’une nouvelle épidémie.

« Cette campagne préventive de masse menée au Congo fait partie de la stratégie mondiale pour l’élimination des épidémies de fièvre jaune (EYE, de l’anglais Eliminate Yellow fever Epidemics) d’ici 2026. Gavi, l’UNICEF, l’OMS et plus de 50 partenaires aident le gouvernement du Congo et 39 autres pays à haut risque à évaluer le risque épidémique, lancer des campagnes de vaccination, se mobiliser auprès des communautés et mener d’autres activités de riposte (surveillance, approvisionnement et logistique, et diagnostic en laboratoire). Cette campagne sera intégrée à une autre campagne de vaccination, contre la rougeole et la rubéole, menée par le gouvernement du Congo et bénéficiant du soutien de la Banque mondiale, en riposte à l’épidémie de rougeole qui sévit actuellement », a ajouté la Dre Chantal Umutoni, représentante de l’UNICEF au Congo.


Leave a Comment

Your email address will not be published.