Les États-Unis lancent le compte à rebours pour se rendre sur la Lune le 29 août | Atalayar

Les États-Unis lancent le compte à rebours pour se rendre sur la Lune le 29 août | Atalayar

L’Administration nationale de l’aéronautique et de l’espace des États-Unis, la NASA, vient de confirmer que le lancement de la première mission qui entame la voie du retour américain sur la Lune décollera le 29 août du Centre spatial Kennedy, sur la côte de l’État américain de Floride.

C’est ce qu’a annoncé l’administrateur de l’Agence, Bill Nelson, lors d’un briefing le 3 août. Baptisée Artemis I, la mission doit parcourir un total de 2,1 millions de kilomètres, atteindre l’orbite lunaire et voler à une altitude minimale de 97 kilomètres au-dessus de la surface de la lune. Mais sans transporter d’astronautes. Il s’agira d’un test sans pilote réel et complet.

Comme il s’agit du premier test complet des nouveaux systèmes d’exploration de l’espace lointain de la NASA, l’Agence procédera à un examen approfondi de tous les équipements qu’elle a développés pour l’occasion, y compris les systèmes terrestres qu’elle a érigés au Centre spatial Kennedy.

PHOTO/NASA-Bill Ingalls – Le lanceur SLS fournira la puissance nécessaire au vaisseau spatial Orion pour atteindre des vitesses supérieures à 36 370 km/h, échapper à la gravité terrestre et entrer dans l’orbite de la Lune.

Tout d’abord, avant de risquer la vie de ses astronautes, elle vérifiera que le nouveau lanceur, appelé Space Launch System (SLS), est un moyen de transport spatial sûr et fiable. D’une hauteur de 100 mètres et décrite par la NASA comme “la fusée la plus puissante du monde”, le SLS est l’équivalent pour les années 2020 de la fusée Saturn V du programme Apollo des années 1960, qui a transporté les premiers humains sur la lune.

Artemis I évaluera également toutes les capacités de la nouvelle capsule Orion, qui, lors de futures missions, transportera des astronautes vers notre satellite naturel, les ramènera après un voyage aller-retour de 43 jours – sauf urgence – et s’échouera dans l’océan Pacifique au large de San Diego, en Californie. Lors de la mission Artemis I, Orion se détachera de la fusée SLS 2 heures et 5 minutes après le décollage et devrait revenir sur Terre le 10 octobre, à condition que le lancement ait lieu le 29 août.

PHOTO/NASA-KSC - La misión inaugural que comienza el camino del retorno norteamericano a nuestro satélite natural tiene previsto su despegue el 29 de agosto desde el Centro Espacial Kennedy, en la costa de Florida.
PHOTO/NASA-KSC – La mission inaugurale qui ouvre la voie au retour de l’Amérique sur son satellite naturel doit décoller le 29 août du Centre spatial Kennedy, sur la côte de Floride.

Trois mannequins au lieu d’astronautes humains

Orion devrait voler plus loin qu’aucun autre vaisseau spatial n’a jamais volé auparavant. Elle parcourra 450 000 kilomètres depuis la Terre et 64 000 kilomètres au-delà de la face cachée de la Lune, battant ainsi de 48 000 kilomètres le record établi par Apollo 13 en avril 1970. Cela signifie qu’il restera dans l’espace sans s’amarrer à un complexe orbital plus longtemps que tout autre vaisseau spatial.

L’administrateur de la NASA résume le projet en disant que “nous étions dans la génération Apollo et maintenant nous sommes dans la nouvelle génération Artemis”. Et il a clairement indiqué que le retour sur la Lune est le grand tremplin vers la planète rouge : “Nous allons vers Mars et nous allons retourner sur la Lune, pour travailler, vivre, survivre et apprendre à utiliser les ressources lunaires afin de pouvoir construire des choses dans le futur”.

Bien qu’aucun astronaute ne participe à la première mission de retour sur la Lune au XXIe siècle, trois passagers non humains porteront le système de survie de l’équipage Orion. Leur rôle est de tester les conditions d’habitabilité de la capsule Orion et, grâce à ses capteurs, de recueillir des données utiles pour les futures missions d’astronautes.

PHOTO/NASA - La cápsula espacial Orión viajará 450.000 kilómetros desde la Tierra y otros 64.000 más allá del lado oscuro de la Luna y permanecerá en el espacio sin acoplarse a ningún complejo orbital más tiempo que cualquier otra nave espacial
PHOTO/NASA – La capsule spatiale Orion parcourra 450 000 kilomètres depuis la Terre et 64 000 kilomètres au-delà de la face cachée de la Lune. Elle restera dans l’espace sans s’amarrer à un complexe orbital plus longtemps que n’importe quel autre vaisseau spatial.

Dans le siège du chef de mission se trouvera le mannequin leader, nommé commandant Moonikin Campos lors d’un concours public organisé par la NASA. Il dispose de capteurs dans l’appui-tête et derrière le siège pour enregistrer les accélérations et les vibrations, de cinq accéléromètres et de deux capteurs de rayonnement.

Le commandant Campos sera accompagné de Helga et Zohar, deux torses de mannequins, fabriqués à partir de matériaux imitant les os, les tissus mous et les organes d’une femme adulte. Expérience de la NASA, du Centre aérospatial allemand et de l’Agence spatiale israélienne, ils sont équipés de plus de 5 600 capteurs passifs et de 34 détecteurs actifs pour mesurer leur exposition au rayonnement solaire. 

PHOTO/NASA-Bill Ingalls - Artemis I debe evaluar en vuelo el nuevo traje espacial, de color naranja. El que está a su lado es también nuevo, pero para actividades extra vehiculares, que ahora no se va a probar
PHOTO/NASA-Bill Ingalls – Artemis I va évaluer la nouvelle combinaison spatiale orange en vol. Celle d’à côté est également nouvelle, mais pour les activités extra-véhiculaires, qui ne seront pas testées maintenant. 

Résistance à des températures de 2 800 degrés Celsius

Zohar portera un gilet de protection contre les radiations (AstroRad), qui ne sera pas porté par Helga. L’étude vise à obtenir des données précieuses sur les niveaux de radiation subis par les astronautes lors des missions lunaires et sur les avantages du port de gilets de protection pour travailler dans des activités critiques malgré une tempête solaire. Les trois mannequins sont accompagnés d’un certain nombre de tests différents. Parmi les tests biologiques, il y en a un qui vise à analyser l’impact des radiations sur la valeur nutritionnelle des graines.

Quels sont les principaux objectifs d’Artemis I ? Tout d’abord, pour prouver les capacités du lanceur SLS. Mais il est tout aussi important de démontrer que la capsule Orion est capable de revenir sur Terre, d’entrer dans l’atmosphère et de freiner de 40 000 km/h à 480 km/h.

PHOTO/NASA - Esquema que representa el vuelo de ida y regreso de la misión no tripulada a la Luna Artemis I, que, salvo emergencias, se prolongará durante 43 días hasta amerizar en aguas del Pacifico, frente a las costas de San Diego, California
PHOTO/NASA – Schéma illustrant le vol aller et retour de la mission non habitée Artemis I vers la Lune qui, sauf urgence, mettra 43 jours pour s’échouer dans les eaux du Pacifique au large de San Diego, en Californie. 

Mais surtout, il faut valider que le bouclier thermique d’Orion peut résister à des températures de l’ordre de 2 800 degrés Celsius, ce qui est essentiel pour récupérer le vaisseau spatial et sauver la vie des astronautes qui voyageront à l’intérieur lors des missions suivantes. Il s’agit d’une température qu’aucune installation d’essai aérodynamique ou aérothermique n’a été en mesure de recréer sur Terre.

Artemis I sera utilisé pour déployer 13 minuscules satellites scientifiques et technologiques, chacun ayant la taille d’une grande boîte à chaussures et pesant environ 11 kilos. Sept appartiennent à des universités, instituts et grandes entreprises des États-Unis, deux à des universités du Japon et une à l’agence spatiale italienne.

PHOTO/NASA - Los torsos de Helga y Zohar, dos maniquíes construidos con materiales que imitan huesos humanos, tejidos blandos y órganos de una mujer adulta, que están equipados con miles de sensores pasivos y detectores activos
PHOTO/NASA – Les torses de Helga et Zohar, deux mannequins construits à partir de matériaux imitant les os, les tissus mous et les organes d’une femme adulte, qui sont équipés de milliers de capteurs passifs et de détecteurs actifs.  

Six missions sont confirmées dans le programme Artemis et le coût total est d’environ 10 milliards de dollars. Artemis I sera suivi d’Artemis II, dont le décollage est actuellement prévu en mai 2024. Ce sera la première mission habitée, même si les quatre astronautes à bord ne se poseront pas sur la lune. Il sera suivi en 2025 par Artemis III, qui comptera également quatre astronautes, dont deux atteindront la surface de la Lune, l’un d’eux étant la première femme à poser le pied sur notre satellite naturel. 

Leave a Comment

Your email address will not be published.