Formule 1 | Sur un siège éjectable, Ricciardo réaffirme son amour de la F1

Formule 1 | Sur un siège éjectable, Ricciardo réaffirme son amour de la F1

Contractuellement parlant, la situation de Daniel Ricciardo est plus fragile que jamais : derrière l’imbroglio Piastri-Alpine, on comprend en effet que le Honey Badger n’est plus en odeur de sainteté à Woking, et que Zak Brown aimerait bien remplacer un Australien par un autre…

Il faut dire que sportivement parlant, Daniel Ricciardo n’a rien fait pour arranger sa situation dernièrement, notamment au Grand Prix de Hongrie.

Sur le Hungaroring, en course, Daniel Ricciardo a fini 15e, loin de Lando Norris, très loin, trop loin ; et a de plus récolté une pénalité de 5 secondes pour un accrochage avec l’Aston Martin F1 de Lance Stroll.

La pause estivale peut-elle changer quelque chose à la dynamique négative du côté de l’ancien (et futur ?) pilote d’Enstone ?

« Je suis si heureux d’avoir une pause » confie pour commencer Daniel Ricciardo.

« J’en ai d’autant plus besoin que ces six mois n’ont pas été très bons. Ce n’était pas les six mois que je voulais. »

« Mais même si la saison se passait bien, une pause est toujours agréable, juste pour s’évader. La F1 ces jours-ci, c’est intense. Même les hôtels sont pleins de monde et ces week-ends sont tellement chargés que s’éloigner du cirque pendant quelques semaines sera vraiment agréable. »

Que va faire Daniel Ricciardo pour se ressourcer ? Son programme se partagera apparemment entre le Royaume-Uni (près de l’usine McLaren) et les États-Unis, où il possède une résidence.

« Pour être honnête, le fait de changer de lieu de vie pour un moment me permet de me remettre naturellement à zéro, à un point tel que j’imagine qu’après dix jours ou deux semaines de vacances, j’aurai en quelque sorte évacué l’impression d’être parti en vacances, puis je retrouverai cette faim. »

« Je n’y pense pas naturellement après avoir pris des congés. C’est normalement comme ça que ça marche pour moi. Encore une fois, je sors, je suis avec mes amis, je bois quelques bières, je m’amuse. Et puis j’arrive à un point où je commence à me sentir, non pas coupable, mais juste comme “d’accord, il est temps de recommencer”. Ensuite, c’est une sorte d’interrupteur naturel qui se remet en marche, probablement après 14 jours. »

Un désir affirmé de rester en F1

Le volant de Daniel pour l’an prochain est donc ô combien menacé, mais avant même le début de la folle affaire Piastri-Alpine, le pilote McLaren confirmait son désir de rester en F1. Un indice pour la suite et un casse-tête juridique de plus à venir…

« J’aime plus que tout ce sport. »

« Ce sport, c’est l’un de ceux où vous êtes aussi bon que votre dernière course. D’une certaine manière, si vous ne gagnez pas, il y a toujours quelque chose à prouver, que ce soit aux fans, aux supporters ou à vous-même. Je pense que le plus important, c’est d’abord et avant tout à moi-même. »

« C’est pourquoi je continue à le faire. Parce que je crois toujours que je peux le faire et le faire au plus haut niveau. Donc, j’essaie toujours de le prouver pour moi. »

Daniel Ricciardo n’est-il cependant pas trop démoralisé par sa chute en performance pure depuis deux ans, notamment face à Lando Norris ?

« Vous pouvez absolument trouver encore le bonheur. Et, bien sûr, ce sport, probablement plus que la plupart des autres, est un sport, j’en ai déjà parlé, où le ratio de victoire est si faible, le pourcentage est si faible, contrairement à un sport d’équipe, il est probablement de 50 pour cent. »

« Il faut donc faire avec et comprendre que l’on ne gagnera pas tous les week-ends, mais que l’on peut toujours se fixer d’autres objectifs et trouver d’autres moyens d’être heureux et de s’épanouir. »

« Il n’y a rien de mieux que de gagner, mais il y a certainement d’autres moyens d’y parvenir. Je suis donc toujours en train de traverser cette période et je l’apprécie. »

« Bien sûr, c’est un sport qui peut être émouvant, avec des émotions dans les moments forts, de la frustration et d’autres choses de ce genre. Mais je l’aime toujours plus que tout. »

Leave a Comment

Your email address will not be published.