test google pixel 6a

à moins de 500 euros, il a deux qualités que les autres smarthones n’ont pas

Après avoir été privé du Pixel 5a l’an dernier en Europe, Google se décide cette année à commercialiser le Pixel 6a sur le vieux continent. Il se présente comme une solution « plus abordable » que les modèles haut de gamme de la marque que sont les Pixel 6 et 6 Pro. Le Pixel 6a est avant tout adressé aux utilisateurs à la recherche de « l’expérience Pixel » qui se traduit par un excellent appareil photo et une expérience logicielle sans compromis, mais qui n’ont pas plus de 459 € à mettre dans un smartphone.

Malheureusement pour Google, la concurrence fait rage sur ce segment de prix. En effet, on retrouve de très belles références comme le Samsung Galaxy A53, le Nothing Phone (1), l’iPhone SE 2022 ou encore le OnePlus Nord 2. Pour se démarquer, le Pixel 6a compte sur la puce Google Tensor de ses grands frères. Elle vient optimiser l’expérience logicielle et améliorer la qualité photo grâce à l’intelligence artificielle.

Au-delà de sa puce Google Tensor, le Pixel 6a est équipé de 6 Go de mémoire RAM, d’une dalle AMOLED Full HD de 6,1 pouces avec un taux de rafraichissement de 60 Hz, d’une certification d’étanchéité IP67 et d’un double capteur photo de 12 mégapixels pour le grand-angle et l’ultra-grand-angle. Son autonomie est assurée par une batterie de 4410 mAh, avec la possibilité d’utiliser une charge « rapide » de 18W. Rien d’impressionnant sur le papier donc, mais ne tirons pas de conclusion trop hâtive…

Un design sobre et un format compact

© 01net.com – Lionel Morillon

Google a réussi à garder l’identité de ses smartphones Pixel avec ce modèle 6a qui partage les codes de la gamme : une apparence bicolore et un module photo qui prend la forme d’un bandeau. Ce dernier ressort d’ailleurs moins que sur les modèles 6 et 6 Pro. Son écran de 6,1 pouces et ses bordures contenues en font un smartphone compact agréable à tenir en main. Avec seulement 178 grammes sur la balance, le Pixel 6a est taillé pour les petites mains et ceux qui n’aiment pas les mobiles géants.

Si la face avant est en verre Gorilla Glass 3, ce n’est pas le cas du dos qui est en « matériau composite » lisse qui peut glisser des mains. La version gris « charbon » que nous avons testée avait également la fâcheuse tendance à marquer les traces de doigts. Deux défauts qui disparaissent si vous habillez le téléphone d’une coque de protection.

La tranche inférieure du téléphone accueille le connecteur USB-C. Sur les deux fentes situées de chaque côté, seule celle de droite laisse passer le son du haut-parleur inférieur. Présente sur le Pixel 5a, la prise jack 3,5 mm tire ici sa révérence. Sur la tranche gauche, on retrouve la trappe pouvant accueillir une seule nano SIM. Aucun emplacement pour une carte microSD, il faudra se contenter de la capacité de stockage du téléphone et d’un abonnement à Google One si vous manquez de place…

Les boutons de réglage du volume et de mise sous tension se trouvent sur le côté droit. Ils sont en plastique et n’offrent pas la meilleure préhension qui soit, mais rien d’alarmant pour un téléphone dans cette gamme de prix. Le lecteur d’empreinte est situé sous l’écran, il se montre suffisamment réactif. Grâce à sa certification IP67, le Google Pixel 6a est étanche à la poussière, et à l’eau jusqu’à un mètre de profondeur pendant 30 minutes.

Une expérience logicielle dont on ne se lasse pas

La partie logicielle est clairement un point fort du Pixel 6a. Google propose exactement la même expérience que sur ses smartphones plus onéreux. Ainsi, on retrouve Android 12 et son interface Material You dont les couleurs peuvent s’ajuster à votre fond d’écran. Un traitement qui est également appliqué aux widgets, qui deviennent ainsi dynamiques.

Parmi les fonctionnalités inédites des téléphones Pixel, on citera également la « gomme magique » sur Google Photos qui permet d’effacer à la volée des objets ou personnes que l’on ne souhaite pas voir apparaitre sur ses clichés. Le résultat est assez bluffant. La traduction instantanée de messages entrants et sortants pour discuter dans n’importe quelle langue est aussi une fonctionnalité inédite et très puissante. La fonction qui consiste à appuyer deux fois sur le dos du téléphone est aussi très efficace. Parfait pour prendre une capture d’écran, ouvrir une application spécifique ou encore afficher les notifications.

Une dernière pour la route : la fonctionnalité « en écoute » qui identifie les titres de chanson à proximité du téléphone. Elle n’est pas évidente à trouver dans la mesure où elle se trouve dans les paramètres « son et vibreur ». Google assure que les musiques sont reconnues grâce à une base de données stockée sur le téléphone et que votre confidentialité est respectée… Concernant les fonctionnalités du téléphone, Google a la bonne idée d’avoir une application « Astuces Pixel » qui regroupe toutes les fonctionnalités phares de l’interface Pixel.

Malgré les bugs logiciels auxquels ont été confrontés les Pixel 6 et 6 Pro, nous n’en avons pas rencontré pendant notre test du Pixel 6a. Parmi les « défauts », on peut citer un temps de traitement un peu long sur certaines photos. En effet, il faut parfois patienter quelques secondes entre le moment où on appuie sur le bouton pour prendre une photo, et celui où on peut la consulter dans la galerie. Rien de méchant compte tenu de la qualité obtenue (nous aurons l’occasion d’y revenir). On ne comprend pas non plus pourquoi Google a regroupé les paramètres internet, ce qui nécessite d’appuyer deux fois pour activer ou désactiver le Wi-Fi et les données mobiles.

Comme on peut s’y attendre avec Google, le support logiciel est exemplaire. Le géant américain fait partie des constructeurs Android proposant le meilleur suivi logiciel. Acheter un Pixel 6a cette année, c’est s’assurer de profiter de 3 ans de mises à jour majeures d’Android et 5 ans de mises à jour de sécurité. Un excellent point.

Un écran éclatant, à 60 Hz

ecran google pixel 6a
© 01net.com – Lionel Morillon

Le Pixel 6a a beau être un téléphone de milieu de gamme, il n’a pas grand-chose à envier à des modèles bien plus chers pour ce qui est de la qualité de son écran. La dalle OLED de 6,1 pouces profite évidemment d’un contraste infini. Mais c’est sa luminosité moyenne de 864 cd/m2 qui nous a agréablement surpris. Le Pixel 6a est 28,5 % plus lumineux que la moyenne des téléphones entre 400 et 500 euros que nous avons testé ces 12 derniers mois dans notre 01Lab. De quoi profiter d’un affichage confortable, même en plein soleil.

Le Pixel 6a s’en sort également très bien pour ce qui est d’afficher une bonne colorimétrie et des couleurs fidèles. À la sortie de sa boîte, le mode d’affichage par défaut obtient un très bon Delta E de 3,08 (plus le résultat est proche de zéro, meilleur il est). Seul l’iPhone SE 2022 lui grille la politesse dans notre comparatif des écrans sur cette gamme de prix. En passant sur le mode d’affichage « naturelles », le Pixel 6a passe à 2,68.

Le seul regret que nous avons sur cet écran, c’est son taux de rafraichissement de 60 Hz. Certains modèles concurrents, même moins chers, sont déjà passés à 120 Hz. Si vous n’avez jamais testé de téléphone avec un mode d’affichage plus rapide, cela ne devrait pas vous poser de problème. Dans le cas contraire, vous verrez une différence dans les animations et le défilement des pages. Le 60 Hz est une concession faite par Google pour proposer son téléphone à ce prix, mais aussi pour préserver l’autonomie de son Pixel 6a.

De belles performances, mais pas un gamer dans l’âme

Comme ses grands frères, les Pixel 6 et 6 Pro, le 6a est équipé de la première puce maison de Google, le fameux « Tensor ». Taillé avant tout pour l’intelligence artificielle et la photographie computationnelle, le SoC n’en reste pas moins performant dans les tâches quotidiennes. Nous n’avons jamais rencontré de ralentissement et les 6 Go de RAM permettent un multitâche sans faille. Penchons maintenant un peu plus sur les benchmarks.

Sur AnTuTu 9, le score global du Pixel 6a est très bon. Seule la puce A15 Bionic de l’iPhone SE 2022 lui passe devant dans cette catégorie de prix. Son score de 705 129 positionne le Pixel 6a à bonne distance de ses concurrents équipés de SoC globalement moins performants, du moins dans les résultats théoriques.

Nous nous sommes également penchés sur les performances graphiques du Google Tensor avec le test 3D Mark Wild Life. Là encore, le Pixel 6a arrive second, derrière l’iPhone SE 2022. Mais ne tirons pas de conclusion trop rapide. En effet, il est toujours plus intéressant de se pencher sur la stabilité des performances lorsque la puce est fortement sollicitée, sur une session de jeu de quelques dizaines de minutes par exemple.

Pour tester cette stabilité, nous avons utilisé le test 3D Mark Wild Life Stability. Les résultats sont très différents du premier et donc très intéressants…

En effet le Pixel 6a arrive dernier du test de stabilité. Comprenez par là qu’il est sujet au « throttling ». Autrement dit, pour limiter la chauffe de sa puce Google Tensor, le système diminue sa fréquence de fonctionnement.

On note également que les deux téléphones les moins performants de ce classement sont également ceux qui ont le moins besoin d’ajuster leurs performances lorsqu’ils sont fortement sollicités. Globalement, c’est encore l’iPhone SE 2022 qui s’en sort le mieux avec un très bon rapport performances/stabilité.

Dans les jeux comme Genshin Impact, nous avons été en mesure de jouer pendant une demi-heure avec des graphismes réglés sur « moyen » à 30 images par secondes dans de bonnes conditions de fluidité, sans que l’appareil ne chauffe démesurément. Avec seulement 12,8 % d’amplitude thermique, il chauffe globalement moins que les autres smartphones de milieu de gamme.

Photo : toujours le roi du milieu de gamme

module photo google pixel 6a
© 01net.com – Lionel Morillon

Contrairement aux Pixel 5a, le 6a ne partage pas les mêmes capteurs photo que les modèles plus haut de gamme. On se contera de deux capteurs de 12 mégapixels, pour le grand-angle et l’ultra-grand-angle. Pour être plus précis, ce sont des capteurs Sony IMX363. Si cela vous évoque peut-être quelque chose, c’est parce que ce sont les mêmes que sur les Google Pixel 2, 3, 4 et 5. Suivant l’adage « c’est dans les vieux pots qu’on fait la meilleure soupe », Google remet le couvert et parvient à nous régaler malgré ce matériel presque anachronique.

Une fois encore, Google fait des miracles grâce à la photographie computationnelle, c’est-à-dire au traitement logiciel apporté aux clichés après les avoir capturés. Le temps de traitement parfois un peu long nécessite d’attendre parfois quelques secondes avant de pouvoir afficher la photo. C’est notamment vrai pour les photos en mode portrait.

Ceci étant dit, on ne peut que constater l’excellente prestation du Google Pixel 6a en photo. Pour moins de 500 euros, difficile de faire mieux. Lorsque les conditions lumineuses sont favorables, les clichés sont détaillés, contrastés et avec des couleurs naturelles. La gestion de la dynamique est également une réussite, avec des zones d’ombres qui ne sont pas bouchées, sans jamais surexposer le reste de la photo. L’ultra-grand-angle affiche logiquement un peu plus de déformation dans les angles que le grand-angle, mais cela reste tout à fait correct.

Si on en restait là, d’autres smartphones milieu de gamme comme le Samsung Galaxy A53 5G pourrait lui tenir tête. Mais là où le Pixel 6a enterre littéralement la concurrence, ce sont sur les clichés nocturnes. À tel point qu’on ne peut que vous recommander d’activer en permanence le fameux mode « Vision de nuit » du téléphone. En échange d’un temps d’exposition plus long qui nécessite de ne pas trop bouger (un viseur au centre de l’image vous aider à rester immobile pendant le temps de pause), les résultats sont tout simplement bluffants. Certes, nous ne sommes pas au niveau d’un Pixel 6 Pro ou d’un Galaxy S22 Ultra, mais cela largement meilleur que ce qu’offrent les autres smartphones sur cette catégorie de prix.

En revanche, le Pixel 6a ne possède pas de capteur téléobjectif. Il faut donc se contenter d’un zoom numérique x2 par défaut. Il offre un résultat correct et peut également être utilisé avec le mode « Vision de nuit ». Le zoom numérique peut être poussé jusqu’à x7, mais on ne vous conseille pas d’aller aussi loin, sous peine de voir la qualité se dégrader rapidement.

Le mode portrait du Google Pixel 6a est très convaincant. Sans détourer le sujet de manière parfaite, il parvient à rendre le flou logiciel progressif pour un résultat très naturel. Le capteur avant de 8 mégapixels s’en sort également très bien à condition d’avoir des conditions lumineuses optimales. Le mode portrait applique un recadrage et le flou d’arrière-plan n’est pas aussi progressif que celui offert par le module photo principal.

Côté vidéo, le capteur avant peut filmer jusqu’en 1080p à 30 i/s. Avec son module arrière, le Pixel 6a peut aller jusqu’à une définition 4K à 60 i/s. La qualité vidéo est au rendez-vous, tout comme la stabilisation optique de l’image. Si vous activez le mode « stabilisation vidéo », la caméra applique alors un recadrage en faisant un zoom avant.

Une autonomie solide et une recharge très lente

La batterie de 4410 mAh, l’écran 60 Hz ainsi que les optimisations logicielles dont profite le Pixel 6a lui permettent d’avoir une autonomie solide. En effet, notre test d’autonomie polyvalente le positionne dans la moyenne haute par rapport aux smartphones dans sa catégorie.

Le Pixel 6a se distingue par son autonomie en streaming vidéo, 29 % supérieure à la moyenne des autres smartphones entre 400 et 500 euros et testés par le 01Lab ces 12 derniers mois. Avec ses 15 heures et 12 minutes, le 6a tient presque deux heures de plus sur le Galaxy A53 et cinq heures de plus que l’iPhone SE 2022. Seul le Nothing Phone (1) fait mieux sur ce point précis.

Si vous aimez jouer à des titres gourmands comme Genshin Impact, vous perdrez environ 10 % de batterie pour une session de jeu de 25 minutes. Au-delà des tests du 01Lab, nous n’avons jamais eu de mal à tenir une journée complète en usage intensif avant de devoir le recharger, ce qui est encourageant. Si vous ne le sollicitez pas trop, vous pourrez tout à fait compter sur une journée et demie d’autonomie.

charge google pixel 6a
Temps de charge du Google Pixel 6a – © 01Lab

On en vient maintenant au sujet qui fâche : la charge. Bien qu’elle soit qualifiée de « rapide » par Google, nous ne sommes pas du même avis. Le fait qu’aucun chargeur ne soit présent dans la boîte n’est pas un problème. La vitesse de charge bloquée à 18W en est une. Même Samsung qui est loin d’être le meilleur dans ce domaine propose du 25W.

Ainsi, il faut 48 minutes au Pixel 6a pour retrouver 50 % de batterie et plus de deux heures pour une recharge complète. À titre de comparaison, c’est deux fois plus lent que la moyenne des smartphones testés par nos soins ses 12 derniers mois (dans cette catégorie de prix).

Leave a Comment

Your email address will not be published.